Seuil de porte

Sommaire

Le seuil de porte est la pièce mécanique située sous l’ouvrant, entre les montants. Il assure l’étanchéité à l’air, à l’eau, aux poussières et aux intrusions de parasites. Il peut être constitué de pierre, de béton, de bois, de métal ou de matières synthétiques, être intégré à l’ossature de la porte ou totalement indépendant, fixé sur le sol. Passons en revue tous ces éléments !

Seuil de porte : les différents types

Il existe 2 grands types de seuil de porte et 1 famille assimilée - lisez plutôt :

Seuils de portes maçonnés

Il arrive que l’on nomme abusivement « seuils de portes » (y compris sur les catalogues de fabricants) de simples marches d’accès. Ces pièces en pierre ou en béton, quelquefois revêtues de carrelage, ont la forme d’une marche entourée sur trois côtés par une surélévation (rejingot), destinée à contenir l’eau de pluie.

Dans les constructions anciennes, l’ouvrant, muni d’un joint d’étanchéité vient en position fermée au contact du rejingot. Dans les fabrications modernes, le rejingot sert seulement de support au seuil de porte intégré à la menuiserie.

Seuils de portes intégrés

La quasi-totalité des portes industrielles sont livrées avec un seuil de porte assemblé en usine. Outre ses fonctions d’étanchéité, ce type de seuil assure la cohésion de la menuiserie en réglant l’espacement inférieur des montants sur lesquels il est fixé. Ainsi calée, la porte est « prête à poser », sans qu'on ait à se soucier d’autres paramètres que les aplombs et les niveaux.

Remarque : les seuils de porte aux montants en acier, carrément soudés sur les montants, garantissent une rigidité incomparable au bâti.

Seuils de porte rapportés

Ces équipements sont surtout destinés aux travaux de rénovation, aux fabrications sur mesure ou artisanales. Ils présentent l’avantage d’être incorporés, sans dépose, à une menuiserie déjà en place.

Ils sont constitués :

  • d’un profilé, comportant une partie en saillie sur laquelle l’ouvrant vient compresser un joint d’étanchéité à la fermeture ;
  • de perçages fraisés, destinés à recevoir les vis de fixation au sol.

Ces seuils, disponibles en diverses longueurs, doivent dans tous les cas être recoupés à la dimension inférieure de l’ouverture.

Remarque : Une quatrième catégorie de pseudo-seuils de porte existe, n'ayant qu’un lointain rapport avec ceux qui nous intéressent, à savoir se situer généralement sous l’ouvrant des portes (intérieures). Ce sont en fait des « barres de seuil », pièces de finition assurant la continuité entre deux revêtements de sol de nature ou de hauteur différente. Elles sont simplement vissées ou collées au sol.

Seuil de porte : ses 3 qualités impératives

Le seuil de porte doit comporter, au moins :

  • une surface verticale destinée à faire barrage à l’eau et à recevoir le joint d’étanchéité ;
  • un dispositif d’évacuation des eaux de ruissellement ou de condensation ;
  • un profil adapté au type de porte.

On comprend bien que la forme utile sera différente pour une porte s’ouvrant à la française, une porte s’ouvrant à l’anglaise, une porte coulissante, une porte basculante, etc. Il existe ainsi des dizaines de profils différents, dont le but commun est d’assurer l’étanchéité de la porte.

Réglementation du seuil de porte

Les seuils de portes ou de portes-fenêtres sont des ouvrages importants pour la salubrité des bâtiments. Leurs défauts d’étanchéité représentent plus de 3 % du nombre total des sinistres recensés par les assurances dommages/habitation. Les infiltrations peuvent affecter les locaux attenants à l’ouverture en cause, mais aussi les étages inférieurs.

Le législateur s’est donc préoccupé de ce problème, notamment en normalisant la fabrication des seuils de portes et en réglementant leur pose.

Pour être commercialisés, les seuils de portes doivent avoir reçus une conformité, en matière :

  • de rigidité et de résistance mécanique ;
  • de résistance à la corrosion ;
  • d’étanchéité et de calfeutrement ;
  • de franchissement, notamment par les personnes à mobilité réduite ;
  • de procédures d’installation et de pose ;
  • de conformité à la réglementation thermique en cours, etc.

Prix des seuils de portes

Les prix sont très variables en fonction du matériau, de la dimension, du type de profilé, de la protection à la corrosion, et de bien d’autres paramètres.

Voici les prix moyens indicatifs des seuils de rénovation, pour une porte d’entrée de 0,90 m :

  • béton gris, largeur 33,5 cm, rejingot de 20 x 30 mm, pente 8 % : 50,00 € TTC l’unité ;
  • alu anodisé profilé simple : entre 25,00 et 40,00 € TTC l’unité ;
  • alu anodisé profilé complexe : entre 70,00 et 180,00 € TTC, l’unité ;
  • acier bichromaté à visser : entre 40,00 et 120,00 € TTC, l’unité.

Bon à savoir : le prix de certains seuils de portes très spécialisées (portes blindées ou portes étanches par exemple) peut atteindre plusieurs centaines d’euros.

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider